Les classes et datations

  Classe I     Classe II     Classe III     Classe IV  

Les dupondii au crocodile se déclinent selon quatre variantes principales de coin. La phase initiale du monnayage montre sensiblement le même dessin que celui de la classe II, mais présente en revanche des différences notables au niveau du style, des légendes, du module, de l'alliage et de la datation. Sur la classe III, Auguste, auparavant tête nue, porte une couronne de Chêne. Enfin pour la dernière phase du monnayage il porte une couronne de lauriers et les lettres PP sont ajoutées de part et d'autres des deux bustes. Il faut, par ailleurs, garder à l'esprit que le découpage suivant est général, et qu'il ne saurait englober toutes les variétés de l'abondante production nîmoise. Une sous-classification est proposée pour les classes I, II et IV. Enfin, la chronologie présentée est celle qui, aujourd'hui, semble la plus appropriée, même si elle fait toujours l'objet de discussions.

Classe I
Classe I, 17,09g, 29mm


                                  Variantes                                       
                                   I     - Crocodile fin                                          
                                   II    - Crocodile massif                                    

Module : de 29 à 40 mm
Poids moyen : 16,85 g. (de 11 à 25 g.)
Alliage : Bronze

Avers : Bustes adossés d'Agrippa et d'Octave. Agrippa, regardant à gauche, porte la couronne navale (couronne rostrale) décorée de flots de rubans, tombant derrière sa nuque. Son portrait présente une barbe. Le buste d'Octave, regardant à droite, figure tête nue. La légende "IMP." est suivie d'un point.
Légende : IMP. (impérator) ; DIVI.F (Divi Filius)

Revers : Crocodile colleté attaché par une chaîne à une palme inclinée à droite et plus rarement à une palme verticale. La palme est surmontée, à sa gauche, par une couronne dont les extrémités du ruban, flottent de part et d'autre. Les rubans, parfois terminés par des points, semblent représenter des serpents. La chaîne, constituée d'ovale ou de traits, passe derrière le crocodile et le relie à la palme via un anneau d'attache placé sous son collier. Les dents de la mâchoire supérieure du crocodile sont quelques fois tournées vers l'extérieure et la gueule du saurien peut se terminer par une longue corne. Deux palmettes sont placées sous le crocodile. La légende "COL." est suivie d'un point.
Légende : COL. NEM (colonie nîmoise)

Commentaires : Le style, généralement fin et régulier, rappelle celui des monnaies à doubles portraits de Lyon, Vienne et Orange. J.B. Giard dit à ce sujet : "Les particularités de gravure qu'on observe sur le monnayage ordonné après la bataille d'Actium reflètent, en effet, un goût prononcé de l'hellénisme inspiré par la volonté réformatrice du prince". Agrippa est toujours représenté avec un portait barbu, mais il est fréquent que l'usure du coin ou de la pièce ne permette plus de la distinguer. Contrairement aux émissions suivantes, la légende "COL." est toujours suivie d'un point. Comme pour la barbe d'Agrippa, son éventuelle absence est due à l'usure du coin ou de la pièce. Par ailleurs, le métal est de meilleur titre que celui de la classe suivante, avec une teneur en plomb quasiment nul (cf dénomination). Enfin, les exemplaires présentant le style de gravure de la classe I, parfois appelée "variété primitive" ou "variété lourde" se trouvent dans une fourchette de poids allant de 11 g. à 25 g.; La classe II, appelée également "variété légère" se rencontre quant à elle dans une fourchette de moins de 8 g. à plus 17 g. Il est donc évident qu'il faut se méfier du poids qui n'est en rien un moyen sûr de distinguer la première émission des suivantes.

Datation : 29 av. J.-C. à 27 av. J.-C. (?)
L'inauguration de ce monnayage, évoquant L'Egypte vaincue, ne peut pas être datée avant août 30 av. J.-C., date du suicide de Cléopâtre et d'Antoine marquant l'annexion de l'Egypte à l'empire. Cependant les premières émissions n'ont sans doute pas débutés avant 29, année du retour d'Octave à Rome, où il reçoit les honneurs du triomphe, et fait édifier divers monument commémorant la victoire d'Actium.

Pour G. Amardel, le fait que sur ce monnayage Octave soit simplement appelé IMPerator (titre reçu pour la première fois en 43 av. J.C.), et qu'il ne soit pas accompagné de l'important titre AUGustus, reçu en 27 av J.-C., montre que la phase initiale de production est par conséquente antérieure à l'an 27. Notons tout de même que d'autres monnaies frappées jusqu'à la fin du règne d'Auguste ne présentent pas la légende AUGustus.

A l'inverse, A. Chastagnol par exemple, avance la date de 18 avant J.-C., en prenant pour argument la présence d'Agrippa sur le monnayage. En effet Agrippa ne fut réellement associé au pouvoir qu'à cette date, avec l'octroi de la puissance tribunicienne. Cependant, le fait qu'il soit un proche d'Octave, et surtout qu'il ait été le principal artisan de la bataille d'Actium, suffit à justifier sa présence sans pour autant attendre un rôle politique de premier plan. Aussi, la typologie choisie a due, dans une certaine mesure, encourager Octave à choisir un second, afin d'apparaître sous les traits de la divinité Janus.

Par ailleurs, J.-B. Giard, dans son étude du trésor de Port-Haliguen (cf bibliographie), nous fournit de précieux éléments : Suite à l'analyse de l'usure (les légendes ne sont plus ou quasiment plus lisibles) des 4 exemplaires appartenant à la phase initiale du monnayage, il conclu, qu'ils ont du circuler pratiquement autant que les as frappés au nom du Divus Ivlius vers 37 av J.-C.

Enfin les dupondii d'Orange, produits quelques années auparavant, ont un poids moyen sensiblement identique à celui des premiers bronzes au crocodile. Ces monnaies sont très certainement frappées sous le même système monétaire, celui de l'as est semi-oncial (cf dénomination), et ne peuvent pas être datées au-delà de la réforme monétaire d'Auguste. Le petit nombre d'exemplaires qui nous est parvenu laisse penser que cette monnaie a été frappée sur une courte période, mais compte tenu de son poids on peut imaginer qu'elle ait fait l'objet de mesures de retrait.

haut de page



Classe II
Classe II, 13,45g, 27mm



                                      variantes                                    
                    I     - Portrait d'Agrippa barbu                                           
                    II    - Variante aux deux Points - Orange                            
                    III   - Bustes aux bases rapprochées - Vienne                    
                    IV   - Bustes aux cheveux hirsutes - Lyon                          
                    V    - Bustes classiques - Nîmes                                         
                    VI   - Bustes aux cimiers                                                    
                   VII   - Portrait à la chevelure rase et épaisse                        

Module moyen : 26 mm
Poids moyen : 12,50 g. (de 8 à 17 g.)
Alliage : Bronze avec un % élevé de plomb

Avers : Bustes adossés d'Agrippa et d'Octave. Agrippa, regardant à gauche, porte la couronne navale (couronne rostrale) décorée de flots de rubans, tombant derrière sa nuque. Le buste d'Octave, regardant à droite, figure tête nue.
Légende : IMP (impérator) ; DIVI.F (Divi Filius)

Revers : Crocodile colleté attaché par une chaîne à une palme inclinée à droite et plus rarement à une parle verticale. La palme est surmontée tantôt à gauche, tantôt à droite ou des deux cotés par une couronne dégénéré (souvent en forme de demi cercle) qui laisse parfois penser à un simple noeud de ruban. Les extrémités du ruban flottent de part et d'autre. La chaîne, constituée d'ovale ou de cercles, passe derrière le crocodile et le relie à la palme. L'anneau d'attache n'est jamais visible. Les dents de la mâchoire supérieure du crocodile sont tournées vers l'extérieure et la gueule du saurien peut se terminer par une corne. Deux palmettes sont placées sous le crocodile.
Légende : COL NEM (colonie nîmoise)

Commentaires : Cette classe du monnayage est la plus anarchique. Si les styles sont très divers ils restent bien souvent primitifs ou gaulois. Les portraits manquent par ailleurs d'identité. Les yeux d'Agrippa et d'Auguste sont souvent représentés par un globule. La gueule du saurien est souvent disproportionnée au regard de la petitesse de son corps. Très souvent la chaîne est peu visible, parfois absente. Les lettres peuvent être bouletées. On retrouve la légende "IMP" avec un point à gauche, à droite ou des deux cotés, le plus souvent aucun. On retrouve généralement "DIVI.F" et très rarement "DIVI.F.". Au revers "COL" n'est jamais suivi d'un point. Il arrive que le N et le E de "NEM" soit ligaturé.

Datation : 27 av. J.-C. à 9 av. J.-C.
Le poids moyen, bien que légèrement faible, permet de dater cette classe après la réforme monétaire d'Auguste. La date d'application de cette réforme n'est pas précisément connue et varie selon les sources entre 27 et 18 av J.-C. (cf dénomination).

Certains voient cependant, en l'absence de couronne sur la tête d'Octave, un élément bornant la fin de cette émission au plus tard à l'an 27. Mais le fait qu'Auguste soit représenté tête nue jusqu'à la fin de son règne sur d'autres monnayages limite cet argument.

haut de page



Classe III
Classe III, 12,74g, 24mm
Module moyen : 28 mm
Poids moyen : 13,279 g
Alliage : Bronze

Avers : Bustes adossés d'Agrippa et d'Octave. Agrippa, regardant à gauche, porte la couronne navale (couronne rostrale). Le buste d'Octave, regardant à droite, porte la couronne de chêne (couronne civique). Les deux bustes sont représentés avec des flots de rubans derrière la nuque.
Légende : IMP (impérator) ; DIVI.F (Divi Filius)

Revers : Crocodile colleté attaché par une chaîne à une palme inclinée à droite. La palme est surmontée à sa gauche par une couronne dont les extrémités du ruban flottent à droite. Deux palmettes sont placées sous le crocodile. La chaîne est constituée de cercles ou d'arcs de cercle enlacés souvent pointées. Elle passe derrière le crocodile et le relie à la palme via un anneau d'attache placé sous son collier.
Légende : COL NEM (colonie nîmoise)

Commentaires : Le style est assez net et régulier. La production, réorganisée, gagne en stabilité. La gravure devient plus "romaine" et l'ajustage est rapproché du poids théorique. La gueule du saurien est parfois surmontée d'une rangée de points. L'alignement des lettres gagne aussi en précision. Hormis celui de DIVI.F, les points ont pratiquement disparus des légendes.

Datation : 8 av. J.-C. à 3 av. J.-C.
Auguste porte ici la couronne civique de feuilles de chêne qu'il à reçu la même année que le nom Augustus, par conséquent on est tenté de faire démarrer cette émission en 27 av. J.-C. Néanmoins il est peut vraisemblable que la classe II du monnayage, de part son abondance, n'ait été produite qu'au cours de quelques mois.

M. Grant, quant à lui fait démarrer ce monnayage avec le règne de Tibère, ce que plusieurs découvertes archéologiques ont réfuté depuis.

L'hypothèse la plus probable fait coïncider le lancement de cette émission avec celui des as au type de l'autel de Lyon, vers 8 av. J.-C. La production Lyonnaise aurait alors allégée celle des dupondii nîmois et par la même permis la fermeture et la réorganisation de certains ateliers afin de garantir un meilleur standard de qualité. Cette hypothèse est en partie vérifiée par J.B. Giard. Il recense, dans la trouvaille de Port Haliguen, 8 pièces à fleur de coin de la classe III. Il conclu par le fait que leur production devait s'être effectuée à peu près au même moment que l'enfouissement du trésor, c'est à dire au cours de l'année 8 av. J.-C

haut de page



Classe IV
Classe IV, Merci à Gabalor pour le prêt de cette photo.


                                    Variantes                                      
                            I     - Variante à la couronne                                      
                            II    - Crocodile au symbole solaire                            
Module moyen : 27 mm
Poids moyen : 12,85 g
Alliage : Bronze

Avers : Bustes adossés d'Agrippa et d'Octave. Agrippa, regardant à gauche, porte la couronne navale (couronne rostrale). Le buste d'Octave, regardant à droite, porte une couronne de lauriers. Les deux bustes sont représentés avec des flots de rubans derrière la nuque.
Légende : IMP (impérator) ; DIVI.F (Divi Filius) ; P (pater) P (patriae)

Revers : Crocodile colleté attaché par une chaîne à une palme inclinée à gauche. La palme est surmontée à sa gauche par une couronne dont les extrémités du ruban, remplacées par des serpents, flottent à droite. Deux palmettes sont placées sous le crocodile. La chaîne est constituée de cercles ou d'arcs de cercle enlacés souvent pointées. Elle passe derrière le crocodile et le relie à la palme via un anneau d'attache placé sous son collier.
Légende : COL NEM (colonie nîmoise)

Commentaires : Le style de cette dernière émission est très romain, les portraits sont réalistes, la gravure est fine et précise et les écarts d'un modèle à l'autre sont faibles. La gueule du saurien est parfois surmontée d'une rangée de points. Le N et le E de la légende NEM sont parfois ligaturés. Les maillons de la chaîne du crocodile peuvent se terminer par des points.

Datation : 10 apr. J.-C. à 14 apr. J.-C.
La principale caractéristique discutée comme élément de datation est l'ajout des lettres P P de part et d'autre des bustes. Cet acronyme est généralement interprété comme étant celui du titre Pater Patriae, Père de la Patrie, reçu par Auguste en 2 av. J.-C.

Là encore une trouvaille, celle de La Villeneuve Au Châtelot vient retarder l'inauguration de cette dernière phase du monnayage. L'enfouissement des monnaies La Villeneuve daté précisément, par H. Zenhacker (cf bibliographie), entre septembre 9 et le printemps 10 ne présentant aucune pièce de la classe IV. Cette date concorderait ainsi avec l'apparition du titre Pater Patriae sur les frappes au type de l'autel de Lyon.

Enfin dans "The cronology of the coinage of colonia Nemausus" M. Kraay démontre à l'aide notamment de trouvailles monétaires que contrairement à ce que pensaient H. Rolland et M. Grant (ils voyaient dans les traits des portraits de certains as de la classe IV les empereurs qui ont succédé à Octave jusqu'à Néron ou Galba) la fin du monnayage nîmois au crocodile coïncide avec la fin du règne d'Octave voir le tout début de celui de Tibère.

haut de page





sommaire