Lieu d'émission : Nemausus, ...

Pourquoi la ville de Nîmes (Nemausus), plutôt qu'une autre, a-t-elle été choisie pour la frappe d'un monnayage commémorant la victoire d'Auguste à Actium ? La réponse à cette question demeure aujourd'hui encore incertaine, mais on peut tout de même citer les quelques éléments qui font que Nîmes avait toutes les raisons d'être choisie.

Tout d'abord la position géographique de la ville de Nîmes lui permettait d'être alimentée en bronze pour la frappe d'une monnaie. D'ailleurs le dupondius au crocodile n'était pas le premier monnayage des Volques Arécomiques qui battaient monnaie depuis le II ème siècle av. J.-C. Ensuite on remarque que l'on a retrouvé des dupondius au crocodile dans tout l'Empire d'Occident. Nîmes était une ville très ouverte qui convenait parfaitement à une large diffusion d'un monnayage.

Ensuite Nîmes entretenait à cette époque des liens privilégiés avec l'Egypte comme le montre les diverses influences sur les monuments de la ville. On sait aussi qu'il existait à Nîmes un important culte à Isis de part les nombreuses inscriptions retrouvées en divers endroit de la ville.

De plus, le statut même de la ville, qui était une colonie latine, à pu faire pencher en la faveur de Nîmes pour la frappe du dupondius au crocodile.

Enfin, il est aussi possible, même si ceci reste à prouver, que Nîmes est accueillie des vétérans qui avaient combattu à Actium et frappé ce monnayage pour les récompenser.

Mais, si il est indéniable que Nîmes fut le lieu d'émission principale et initial du dupondius au crocodile, il est également très vraisemblable, compte tenu de la vaste aire de diffusion et l'abondance de ce monnayage, que d'autres cités se soient occupées de sa production et sa diffusion. En gaule narbonnaise, comme en témoigne la fabrication des dupondii à la proue de Navire, frappés entre 40 av. J.-C. et 29 av. J.-C., les villes d'Orange (Arausio), Vienne (Vienna Allobrogum) et Narbonne (Narbo Martius) possédaient toutes les infrastructures, le personnel et le savoir-faire requis pour seconder la production nîmoise. Au-delà de la Narbonnaise, il est également envisageable que l'officine de Lyon (Lugdunum) ait participé à la frappe des dupondii au crocodile. On se référera au chapitre sur les variétés de la classe II pour un complément d'information.




sommaire